Uberti Paterson 1836 avec levier
Calibre: .36
Canon: 7 1/2"
Poids max: 2.552 Lbs
Longueur: 11 1/2"
Barillet: 5 coups

Clicker pour agrandir
standStand de tir de Saint Georges
300m:    12 cibles électroniques
50m PC: 24 cibles électroniques
50m:      18 cibles électronique
25m:        6 chariots de 5 cibles
10m:      22 cibles électroniques
PN:        12 cibles à 100m
               8 cibles à 50m

Clicker pour une visite du stand
Exercices de l'Arquebuse et de la Navigation (EAN)
Nommée Arquebuse Genève dans les compétitions de tir
Association fondée en 1474
 
Cette fonction réaffiche le menu de droite.
Menu | 
Cette fonction permet de se connecter comme membre en entrant son nom et son numéro EAN.
Membre 

Musées 

Musées 

  

Arquebuse ou mousquet de rempart



Arquebuse ou mousquet de rempart

L’arme que je vous présente aujourd’hui est une arme imposante pesant 12 kg et mesurant un mètre soixante, elle est appelée fusil de rempart dans l’inventaire, ce qui est bien mal nommé, car le mot fusil dans les temps anciens, ne désignait pas une arme mais un accessoire d’acier avec lequel on battait la pierre à feu pour allumer l’amadou.

Cette arquebuse à poudre noire du début du 18ème (pour une partie) se charge par la bouche et porte le numéro 3 de notre inventaire. Les marques d’identification du canon sont au tonner, soit 3 poinçons, un de chaque côté plus un sur le dessus. Ces poinçons représentent pour les deux côtés latéraux un écusson partagé en deux dans le sens de la hauteur avec une partie lisse à droite et l’autre hachurée, signe distinctif du drapeau de Burgdorf canton de Berne. Pour celui du dessus, le poinçon représente deux canons croisés et une flèche au centre qui va vers le bas avec H D de chaque côté, ce poinçon est la signature du fabriquant suisse Heinrich Duer né en 1591 et mort en 1659 à Burgdorf, donc le canon doit être plus ancien que le reste de l’arme.

La platine démontable de cette arme est demi-ronde en forme de haricot avec un poinçon SUHL à l’intérieur du ressort, provenant de l’Allemagne du sud, son aspect général ressemble aux platines d’ordonnance française de 1777. Dans la platine, la pièce de liaison entre l’axe de batterie et la vis de fixation, est typique des platines genevoises qui sont des pièces assemblées de diverses provenances, ceci par soucis d’économie bien sûr! Toujours concernant ces platines, elles sont démontables et permettent de laisser l’arme en place dans la muraille, tout en emportant le mécanisme de mise à feu dans la poche.

Le chien est en col de cygne rond et à l’arrière de ce mécanisme il y a un pare-feu rabattable La sous-garde et son prolongement en laiton fixe deux doigts en plus de l’index pour tirer. Cette arme est à double détente réglable et très sensible. Le fût est traversé par une clavette débordante des deux côtés pour l’appui sur un affût. Le bois de noyer, magnifique et sculpté donne un bel aspect à cette arme. La crosse, avec ses deux joues latérales, se termine par une pièce en laiton de protection et de décoration.

Pour finir voici les caractéristiques techniques :
Longueur totale 1600 mm. Longueur du canon 1220 mm.
Calibre 27 mm rayé droit à 8 pans. Garnitures en laiton.
Hausse fixe, guidon monté sur feuille en queue d’aronde.
Protection canon bronzé noir. Munition balles en plomb fondu.


Merci de votre attention.

L’archiviste Rémy Mattenberger