Pedersoli 1874 Sharps
Calibre: .45-70
Canon: 762 mm
Longueur: 1190 mm
Poids: 5.2 kg

Clicker pour agrandir
standStand de tir de Saint Georges
300m:    12 cibles électroniques
50m PC: 24 cibles électroniques
50m:      18 cibles électronique
25m:        6 chariots de 5 cibles
10m:      22 cibles électroniques
PN:        12 cibles à 100m
               8 cibles à 50m

Clicker pour une visite du stand
Exercices de l'Arquebuse et de la Navigation (EAN)
Nommée Arquebuse Genève dans les compétitions de tir
Association fondée en 1474
 
Cette fonction réaffiche le menu de droite.
Menu | 
Cette fonction permet de se connecter comme membre en entrant son nom et son numéro EAN.
Membre 

Révolver français modèle 1873 Chamelot-Delvigne  

Révolver français modèle 1873 Chamelot-Delvigne  

  

Révolver français modèle 1873 Chamelot-Delvigne


Révolver français modèle 1873 Chamelot-Delvigne fabriqué par la manufacture de St. Etienne

L’arme que je vous présente aujourd’hui n’a pas encore de numéro d’inventaire, c’est un don du fils de feu Eugen Muller, qui était un de nos membres.

C’est un très beau révolver de la deuxième moitié du 19ème siècle, c’est aussi la première arme de poing à répétition et percussion centrale de l’armée française. Le révolver Lefaucheux à munition à broche, déjà présenté ici, l’avait devancé de 7 années pour son premier modèle. Produit par la manufacture de St. Etienne cette arme a été fabriquée en 1882 selon le modèle 1873. Ce révolver tout en acier poli avec des plaquettes de bois sur la crosse a un aspect massif. Il est d’une robustesse évidente elle va servir longtemps d’une part jusqu’à la fin de la première guerre mondiale dans différentes troupes de l’armée française, et d’autre part pour les réservistes jusqu’à la fin de la 2ème guerre mondiale. Dans la police et la gendarmerie nationale française ce révolver sera utilisé jusqu’en 1962. Pour finir on peut encore noter que la Suisse une année avant les français, avait choisi pour notre armée soit en 1872 un révolver ressemblant, le Chamelot-Delvigne-Schmidt fait en Belgique et proche du modèle français présenté ici.

Quelques mots d’histoire, suite à la guerre de 1870 qui précipita la fin du 2ème Empire Français Napoléon III, il est fait prisonnier et son gouvernement est renversé. Tous ces événements provoqués par la Prusse vont accélérer la constitution d’un puissant Empire Allemand entrainé par le Chancelier et Baron Von Bismarck. Cette paix signée va ramener un régime républicain en France celui de Monsieur Thiers. L’unification de l’Empire Allemand sera célébrée dans le palais des glaces en janvier 1871 à Versailles. Les frustrations et les privations du siège de Paris par les germains vont faire éclater une révolte deux mois plus tard et ce sera la Commune de Paris. La révolte à Paris va produire une grande effervescence intellectuel et des écrits signifiants et marquants d’une part, et de l’autre une grande pagaille qui elle sera réprimée dans un bain de sang à la fin mai 1871 « au temps des cerises » chanson composée à cette époque et rappelant le massacre.

La frustration des Français face à l’Allemagne est grande, elle qui perd l’Alsace et la Moselle et doit payer une importante dette de guerre. L’Europe se redessine.

En 1873, date de création du Chamelot-Delvigne présenté, Napoléon III meurt en Angleterre, une grande dépression économique mondiale s’installe, mais les industries de l’armement reste actives.

Voici la description technique du Chamelot-Delvigne 1873 :

Carcasse mono bloque qui se poursuit par un canon vissé, en partie octogonal et en partie rond. Sur la partie octogonale, sur le pan supérieur une inscription 1873 c’est le modèle, sur le côté droit S.1882 c’est l’année de fabrication sur le barillet 80001 le numéro de la pièce de cette arme, sous le barillet Mre d’Armes de St Etienne le fabricant, sur le côté gauche sous le chien H 80001 numéros de série de ce révolver. L’arme est munie sur le côté droit d’une baguette d’éjection système Colt. La portière de chargement du barillet pivote sur un axe inférieur et s’ouvre en basculant vers arrière. Le chien à un mécanisme de détente à double action, une position demi armé sécurise l’arme une fois chargée. La crosse est habillée par deux plaquettes en bois strié type noyer, le bout de la crosse se termine par une plaque métallique arrondie et un anneau de suspension.

Longueur du révolver 241mm
Masse 1,166 kg
Longueur du canon 114mm, canon à 4 rayures pas à droit
Barillet à 6 cartouches 11mm environ pour la première version
Munition est métallique, balle de plomb fondu, charge, poudre noire 11X17 R
La vitesse initiale de la première munition est de 130 m/s ce qui est faible, puis en 1890 nouvelle munition et poudre nitrocellulosique ce qui apporte une bonne amélioration, 196 m/s ce qui toutes fois restait faible en comparaison des autre armes existantes à cette époque.
Fonctionnement : simple ou double action. Cette arme a été produite à 337.000 exemplaires toutes versions confondues.

L’archiviste Rémy Mattenberger.