Pedersoli 1859 Sharp Cavalry
Calibre: .54
Canon: 560 mm
Longueur: 995 mm
Poids: 3.8 kg

Clicker pour agrandir
standStand de tir de Saint Georges
300m:    12 cibles électroniques
50m PC: 24 cibles électroniques
50m:      18 cibles électronique
25m:        6 chariots de 5 cibles
10m:      22 cibles électroniques
PN:        12 cibles à 100m
               8 cibles à 50m

Clicker pour une visite du stand
Exercices de l'Arquebuse et de la Navigation (EAN)
Nommée Arquebuse Genève dans les compétitions de tir
Association fondée en 1474
 
Cette fonction réaffiche le menu de droite.
Menu | 
Cette fonction permet de se connecter comme membre en entrant son nom et son numéro EAN.
Membre 

Musées 

Musées 

  

Le SIG P210

SIG P210-1

SIG P210-2

SIG P210


Le successeur du parabellum ou Lüger 1900/1949 sera le P210 dès 1949 jusqu’en 1975.

Le SIG P210-2 est un pistolet semi automatique simple action développé au cours de la dernière guerre mondiale pour notre armée. L’Etat Major de notre armée avait conscience que le Lüger 7.65 était peut efficace en combats rapprochés. Il voulait une arme plus puissante et tout aussi précise que la précédente. Le P210 9mm fut adopté sous la dénomination « Pistole 49 » par l’armée Suisse.

Ses caractéristique sont :
• produit Suisse SIG
• pistolet semi automatique simple action à culasse verrouillée.
• date de création1947, adoption dans l’armée Suisse 1949
• munition 9 mm (9 x 19 mm ) Parabellum
• rapidité de la balle 330 m/s
• masse sans la munition 970 g.
• longueur 210 mm
• longueur du canon 120 mm
• nombre de coup du chargeur 8 coups

L’histoire du 210 commence pendant les années 30. L’armée Suisse procède à des essais d’armes étrangères pour remplacer le Lüger. Elles sont Américaines, Allemandes, Françaises, Italiennes, mais aucune n’est retenue. Cependant la maison SIG qui voit ces armes est intéressé par l’une d’elle conçu par l’ingénieur franco-suisse Charles Petter capitaine dans la légion étrangère française. La société de Neuhausen am Rheinfall canton de Schaffouse SIG, va racheter les brevets de Charles Petter venant du modèle Français PA Mle.1935A, lui-même inspiré par le Colt M1911. Ces brevets rachetés par SIG, vont lui permettre d’imaginer de nouveaux pistolets. Ceci ce passe dans l’année 1937. Dix ans passent, la deuxième guerre mondiale est finie et, la société SIG va présenter ses prototypes SP47/8 et SP47/16 au concours de l’armée Suisse pour le renouvellement de son arme de poing, W+F la Fabrique Fédérale d’armes à feu Berne va aussi présenter un modèle W+F47 proche du P210 un procès entre les deux firmes va les opposer et c’est SIG qui va le gagner. SIG va remporter le concours de l’armée Suisse avec le SP47/8 qui deviendra le Pistole 49 ou P210-2. Pour conclure c’est une arme précise et très fiable, toutefois un peu lourde. 200.000 armes ont étés produits pour l’armée Suisse. Elle sera remplacée dès 1975 par le Sig-Sauer P220 ou Pistole 75. On peut ajouter que l’armée du Danemark a comme arme de poing le P210 depuis environ 60 ans, elle a aussi été utilisée par les polices Suisse, les gardes-frontières allemands et par de nombreux tireuses et tireurs sportifs. Pour ces différent groupes six versions différentes ont été crées. Pour cette arme trois canons et accessoires différents peuvent être commandé ce sont le 9mm. le 7.65, et le 5.6, et deux longueurs de canons le 120mm d’origine et le 150 plus exceptionnel.

Ce véritable joyau de la technologie résulte de la fabrication difficile auquel il recourt. La partie centrale de cette arme est faite d’une seule pièce ce qui pause de nombreux problèmes techniques au fabricant et la rend coûteuse, mais la solidité était importante pour le concepteur. Solidité et précision sont les deux qualités qui ont fait le succès de cette arme. Ces deux belles qualités sont donc à cultiver par nous pour que l’Arquebuse continue de perdurer.

L’archiviste Rémy Mattenberger