Hämmerli 160 Special
Calibre: .22 lr
Longueur: 445 mm
Hauteur: 145 mm
Largeur: 80 mm
Longueur canon: 287 mm
Longueur visée: 370 mm
Poids: 1330 g
Poids détente: 10 à 100 g

Clicker pour agrandir
standStand de tir de Saint Georges
300m:    12 cibles électroniques
50m PC: 24 cibles électroniques
50m:      18 cibles électronique
25m:        6 chariots de 5 cibles
10m:      22 cibles électroniques
PN:        12 cibles à 100m
               8 cibles à 50m

Clicker pour une visite du stand
Exercices de l'Arquebuse et de la Navigation (EAN)
Nommée Arquebuse Genève dans les compétitions de tir
Association fondée en 1474
 
Cette fonction permet de supprimer le menu de gauche pour une impression de la page courante.
Impression | 
Cette fonction permet de se connecter comme membre en entrant son nom et son numéro EAN.
Membre 

Histoire  

Histoire  

     Nouvelles
Cette fonction permet de se connecter comme membre en entrant son nom et son numéro EAN. La connexion comme membre vous permet de visualiser de nombreuses pages spécifiques aux EAN et d'accéder au forum et à vos données personnelles.
Généralités
 Calendrier des tirs
Fondation
 Billet du président
 Collège des officiers
 Musique EAN
 Histoire
  Moyen-Age
  XVIème siècle
  XVIIème siècle
  Navigation
  XVIIIème au XXIème
  Moderne
 Accès à l'hôtel
Association
 Inscription à l'Arquebuse
 Petites annonces
 Bourse EAN 2018
 Boutique
 Vie de l'Arquebuse
Sous-sections
Stand
Technique/Formation
Musées
Recherche de résultats
Résultats 2018
 P50
 P25Nouveauté
 P10
 F300
 C50
 C10
 PN
Archives
Liens
Administration
 Liste de diffusion
 Flux RSS
     Membre
Util.
Pass.

L’Exercice de l’Arquebuse au XVIIème siècle


Au début du XVIIème siècle, jalouse de sa reconnaissance nouvellement acquise, Genève continua de développer une politique extérieure tenant compte de sa rivalité avec la Savoie et des protections française et suisse. La cité, par sa position au sein des bailliages savoyards, ne pouvait effectivement pas éviter la guerre froide avec son voisin. De difficultés en nouvelles vexations les tensions avec la Savoie se prolongèrent durant tout le siècle, atteignant leur paroxysme dans les années 1630, lorsque Louis XIII et le duc Victor-Amédée conçurent un projet d’annexion et de partage de la cité calviniste.

En parallèle, alors que la guerre de Trente Ans dévastait le nord de l’Europe et que les intérêts stratégiques et économiques avaient placé la Seigneurie au centre d’un échiquier conditionnant sa politique, Genève connut plusieurs phénomènes influents sur son équilibre. D’une part, les épidémies firent disparaître 23% de sa population entre 1615 et 1636 , baisse démographique encore aggravée par le déclin de l’industrie. Ce n’est que vers 1690 que la population atteint son niveau de 1615, grâce au renouveau économique de la deuxième partie du siècle .

D’autre part, la Seigneurie connut une dérive des pouvoirs. Le XVIème siècle avait déjà vu la création d’édits jugulant les délits d’initiés, les solidarités entre magistrats et la lente acculturation de l’élite politique et financière à l’aristocratie européenne. Ces tentatives ne réussirent toutefois qu’à ralentir un processus inexorable . Ce patriciat fit de l’Exercice de l’Arquebuse l’une de ses alcôves réservées. Plusieurs citoyens présentèrent ainsi une requête le premier mai 1607 tendant à interdire aux guaicts, officiers et portiers de tirer à l’arquebuse lors du prix franc, parce qu’il n’est seant que telles gens soient roys . Plusieurs démarches similaires eurent lieu dans les années qui suivirent, faisant de l’Exercice un club très fermé. Cependant, en 1617, l’Arquebusier Pierre Badollet fut jeté en prison à cause d’un différend avec Jonas Clément. Quelques uns de ses compagnons tireurs se réunirent alors chez le secrétaire du jeu, Abraham Cartellier, afin de signer une requête de soutien. Ils furent également arrêtés, les magistrats craignant la mutinerie et le monopole . Ces liens de solidarité mis en lumière par l’affaire attirèrent l’attention des autorités qui s’inquiétèrent de l’indépendance militaire de l’Exercice. Les Conseils décidèrent cette fois de revoir les ordonnances de 1548, donnant à l’Exercice la simple fonction d’entraînement des citoyens en stipulant que les conseillers du jeu de l’Arquebuse devraient dorénavant tous appartenir au Conseil des Deux-Cents . Ce faisant, les autorités faisaient disparaître une autonomie décidément trop dangereuse à une époque où l’apparition d’autres armes tel le fusil, accessible à toutes les bourses ou le mousquet, encore plus onéreux que l’arquebuse, vinrent réaffirmer les fossés sociaux que les lois n’arrivèrent pas à occulter.

Genève était donc devenu la capitale du protestantisme, dotée d’une aristocratie en relation avec les noblesses de l’Europe entière. Cette aristocratisation s’accompagna évidemment d’un faste qui s’exerça notamment au sein des Exercices militaires. Plusieurs exemples spectaculaires le révèlent comme celui de l’accession à la royauté de Hans-Rodolph Werdmüller en 1630 qui régala la ville entière à cette occasion. Les tirs du roi firent l’objet, à partir de la deuxième partie du XVIIème siècle, de réjouissances de plus en plus somptueuses. Décors, cavalcades, public de marque devinrent l’habitude de ce concours dont le vainqueur se devait d’être doté d’une fortune considérable. Dès la fin des années 1670, le roi était définitivement coopté lors de ce simulacre de compétition.


Sélection L’Exercice de la Navigation