SIG 510 (FAS 57)
Calibre: 7.5x55 (GP11)

Clicker pour agrandir
standStand de tir de Saint Georges
300m:    12 cibles électroniques
50m PC: 24 cibles électroniques
50m:      18 cibles électronique
25m:        6 chariots de 5 cibles
10m:      22 cibles électroniques
PN:        12 cibles à 100m
               8 cibles à 50m

Clicker pour une visite du stand
Exercices de l'Arquebuse et de la Navigation (EAN)
Nommée Arquebuse Genève dans les compétitions de tir
Association fondée en 1474
 
Cette fonction permet de supprimer le menu de gauche pour une impression de la page courante.
Impression | 
Cette fonction permet de se connecter comme membre en entrant son nom et son numéro EAN.
Membre 

Musées 

Musées 

     Nouvelles
Cette fonction permet de se connecter comme membre en entrant son nom et son numéro EAN. La connexion comme membre vous permet de visualiser de nombreuses pages spécifiques aux EAN et d'accéder au forum et à vos données personnelles.
Généralités
 Calendrier des tirs
Fondation
 Billet du président
Association
 Inscription à l'Arquebuse
 Petites annonces
 Bourse EAN 2019
 Boutique
 Vie de l'Arquebuse
Sous-sections
Stand
Technique/Formation
Musées
 Hôtel
 Ferme de St-Georges
 Pièces du musée
 Armes du musée
  Revolver 1878
  Revolvers 1882
  Parabellum 1900
  SIG P210
  SIG P220
  Vetterli 1881
  Schmidt Rubin 1889
  Fass 57
  Fass 90
  Armes à CO2
  Fusil à barillet
  Poivrière à 4 canons
  Fusil à mèche
  Pistolet d'arçon
  Arquebuse à rouet
  Pistolet à coffre à silex
  Arquebuse de rempart
  Pistolet à rouet
  Arme curieuse
  Pistolets à 2 canons
  Fusil Mauser G98
  Revolver Lefaucheux
  Fusil Spencer 1860
  Pistolets à poudre noire
  Pistolet type 1733/34
  Révolver français modèle 1873
  Pistolet poudre noire Ruoff 1830 
  Fusil Lee Enfield 1MkIII
  Fusil à aiguille 1855
  Mousquet à silex 1668
  Fusil Lebel modèle 1886
 Journal de Genève
Recherche de résultats
Résultats 2019
 P50
 P25Nouveauté
 P10
 F300
 C50
 C10
 PN
Archives
Liens
Administration
 Liste de diffusion
 Flux RSS
     Membre
Util.
Pass.

Fusil à barillet 6 coups du bandit Corse Spada


Fusil à barillet 6 coups du bandit Corse Spada

Les fusils ou carabines à barillet apparurent vers le milieu du 19ème siècle. Colt, Lefaucheux, Webley-Fosbery et St. Etienne, sont des constructeurs connus de ce type d’armes. A simple action puis double action enfin semi-automatique, ces armes vont être en concurrence avec les fusils ou carabines à magasins tubulaire contenant plus de 6 coups. Chez nous, le Vetterli 1878 11 coups dans le magasin tubulaire, ce fusil d’ordonnance avait conquis notre état major entre autre pour sa grande capacité de chargement. Pour revenir aux armes longues à barillets, le Colt sporting rifle à 6 coups par exemple, était en concurrence dans l’armée américaine avec la fameuse carabine Winchester, nous sommes à la fin de la conquête de l’Ouest contre les indiens, Sioux et Cheyenne. La carabine à levier 15 coups, à magasin tubulaire sous le canon avec la performance de tirer en 10 secondes ses 15 paressait bien placée pour l’emporter. Malheureusement pour elle la « Winchester » n’eu pas le succès escompté à cause des problèmes balle et de munition pas assez puissante.

Revenons à notre carabine à barillet du bandit Spada de longueur totale 1025 mm qui a un canon octogonal de 635mm de longueur et est de calibre 10,5. La hausse de cette arme est une encoche soudée sur la carcasse, le guidon un triangle monté en queue d’aronde. Le canon est lui-même bronzé façon brillant, l’arme est produite en petite série par la manufacture L.E.G. de Liège en Belgique au début du 20ème siècle. Son propriétaire est Monsieur Spada connu comme bandit corse. Voici sa biographie express « André SPADA né le 13 février1897 à Ajaccio, mort guillotiné le 21 juin 1935 à Bastia. Il était de père Sarde et de mère Corse. Il est un des 9 enfants de la famille Spada. Celle-ci vit d’abord à Ajaccio puis va s’installer dès 1909 dans le village natal de la mère d’André Spada, à Lopigna. Il a une enfance sans histoire et nous le retrouvons adolescent honnête et travailleur. Dès 17 ans, il va apprendre le métier de son père bûcheron charbonnier. Il abandonnera ce métier à ses 20 ans en 1917 pour partir en France servir l’armée française comme artilleur, il va acquérir la nationalité française au passage. Il est condamné comme déserteur puis amnistier en 1918. Il se rengage pour aller se battre pour la France en Syrie d’où il sera libéré de ses obligations militaires 3 ans plus tard mai 1921. Rentré au pays il ne vœux plus exercer le métier qu’il a appris et, sans emploi, il va postuler pour devenir douanier, mais sa vie va basculer un an plus tard. Un soir d’octobre 1922 toujours sans emploi, pour défendre un ami, qui allait se faire arrêter, il tire sur un des gendarmes et le blesse mortellement. L’ami et lui-même vont prendre le maquis pour ne pas se faire arrêter et c’est le début de la cavale et de la descente aux enfers. André Spada va devenir l’un des plus terrible hors-la loi de son époque. Il va assassiner par jalousie, attaquer des fourgons postaux, et terroriser à tel point sa région que sa tête sera mise à prix, mais sans résultat. Enfin une mission d’un haut gradé de l’armée française, le général Fournier, est mise sur pied pour déloger Spada de Lopigna et de sa région. Suite à celle-ci, Spada sera contraint de partir errer dans le maquis loin de ses terres, ce qui l’incitera à se rendre aux autorités tenaillé par la faim et pris par le remord, il va se rendre aux autorités sans arme et avec une grande croix de bois attachée au coup dans un état proche de la folie, nous sommes le 22 mai 1933.

Jugé sans tenir compte de son état, il sera guillotiné à 4 heures de l’après-midi le 21 juin1935 à Bastia.

L’arme de Spada est un fusil semi-automatique à barillet 6 coups, de calibre 10,5, et de fabrication Belge comme déjà dit, il a été donné aux EAN par le capitaine Gras commandant de gendarmerie à St. Julien en genevois, en 1950.

Encore un petit mot, ce capitaine était pendant la 2ème guerre mondiale le garde du corps du général de Lattre de Tassigny sa formation initiale était instituteur comme quoi cela peut mener à tout !

L’archiviste Rémy Mattenberger